Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme

mcm-maintenance-machine-agroalimentaire

La valorisation des déchets est essentielle dans l’agroalimentaire.

Si l’abattoir traite correctement ses déchets il ne perdra pas d’argent, mais s’il optimise leur traitement il pourra réaliser une plus-value. Pour cela, il faut faire appel à des experts et savoir étudier où gagner.

 

La demande de notre client est celle d’un abattoir qui souhaitait retraiter les boyaux de lapin pour créer de la valeur en les revendant à l’industrie de l’alimentation des animaux domestiques.

Notre client, un abattoir français, souhaitait valoriser ses boyaux de lapin pour ne pas perdre d’argent dans le retraitement des déchets.

 

Pour cela il avait deux solutions face à lui :

 

  • Fournir des boyaux type catégorie 2 : c’est-à-dire, si l’abattoir ne vide pas les boyaux, la matière restante est à faible valeur, et donc notre client devrait payer pour faire enlever les boyaux non vidés

 

Ou alors, et c’est cette situation qui nous intéresse,

 

  • Fournir des boyaux type catégorie 3 : c’est-à-dire si l’abattoir fournit des boyaux vidés, propres et rincés, il aura la possibilité de les vendre à l’industrie de l’alimentation pour animaux domestiques.

 

Pour notre client, l’enjeu est de taille, car à la suite de cette transformation il aura la possibilité de créer de la valeur ajoutée à sa production grâce à des déchets.

 

Le cahier des charges demandé était que la machine devait être capable de vider les boyaux sans les écraser afin d’éviter de perdre de la matière. Le boyau doit être propre, sans aucun déchet à l’intérieur.

 

Pour cela il nous fallait intégrer le lavage et le rinçage tout en assurant le reste de la production.

 

La simplification du démontage des éléments en contact avec les boyaux est tout aussi importante que le nettoyage des boyaux. De cette manière notre client accède facilement à l’ensemble des éléments de la machine pour sa maintenance.

 

Ayant à notre disposition le cahier des charges et après avoir visité plusieurs fois notre client, notre bureau d’études a pu travailler à la réalisation de cette machine.

 

 

Une contrainte supplémentaire est apparue à l’écriture du cahier des charge : comment gérer l’eau usée de rinçage et de lavage. En effet, si le coût de traitement des eaux usées est important, cela pourrait dégrader fortement le rendement lié au rachat des boyaux.

 

La complexité du projet était donc de prendre l’ensemble des paramètres en compte pour répondre aux attentes de l’abattoir.

 

 

Nous avons donc conçu une machine spécifique répondant à leurs attentes où le process est le suivant :

 

Les boyaux sont convoyés entre des rouleaux d’entrées. Les rouleaux sont munis de lames d’incision enchassées au travers des rainures d’un second rouleau.

 

Les boyaux, ainsi incisés entre les rouleaux, passent en pré-rinçage entre d’autres rouleaux pour l’évacuation de la matière contenue à l’intérieur des boyaux. Ensuite les boyaux pré-pressés, arrivent dans une seconde zone de pressage pour les vider complétement. Enfin l’ensemble des boyaux passent en rinçage. Cette machine spécifique a demandé 250 heures de développement. La phase avant projet étant terminé, nous nous lançons dans la fabrication de la machine.